Jeanne d’Arc: qu’ils se la gardent!

Nicolas Sarkozy vient, ce jour, de célébrer à Domrémy le 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, il paraît que c’est un scandale. A double titre, faut-il entendre: d’une part parce que la célébration de ce personnage historique est l’apanage, depuis de nombreuses années, du Front National – le déplacement du Président dans les Vosges serait donc un clin d’œil, un de plus, à l’extrême-droite, sur le registre des symboles. D’autre part parce que la « pucelle d’Orléans » fait partie du patrimoine national, au même titre que la bouillabaisse ou les falaises d’Etretat : « Jeanne d’Arc n’appartient à personne en particulier, elle est à tous les Français », a expliqué Harlem Désir sur LCI. « Elle était celle qui galvanisait les énergies en rassemblant les Français et en leur donnant confiance en l’avenir. Eux [le Font National et l’UMP] passent leur temps à diviser les Français et à jouer sur les peurs. Ils ne sont pas de bons représentants du message qu’elle a pu laisser ».
Non mais tout de même, sérieusement, Harlem. Je veux bien qu’on est en pleine campagne électorale et qu’il faut cogner tant qu’on peut, mais à un moment il faut penser à se reposer, plutôt que de dire des conneries. « Le message qu’elle a pu laisser », et puis quoi encore ? Un message comme « Boutons les Anglais hors de France », par exemple ? Elle l’a laissé où, ce message, Harlem ? Sur ton iPhone ? Surtout n’oublie-pas de le transmettre aux descendants des « Tommies » qui se sont fait déchiqueter les tripes sur la Somme, en 14-18…
Vous je ne sais pas mais moi, Jeanne d’Arc , au mieux, c’est un sujet quasi-inépuisable de plaisanteries (au goût parfois incertain, je le concède)… « Elle a frit, elle a tout compris » ou bien, s’adressant à l’évêque Cauchon, « vous ne m’avez pas crue, vous m’aurez cuite » voire, une fois canonisée : « Chouette, je suis en sainte ». J’écris « au mieux », car par ailleurs le personnage, au-delà de sa vérité historique charrie, dans ses représentations, la quintessence d’un phénomène détestable car mortifère : la propagande nationaliste, en l’occurrence française.
Jeanne, la pucelle. Pensez-donc, une femme en armure qui manie l’épée, pas question qu’elle soit sexuée d’aucune manière. Elle peut bien se faire accompagner de soudards voire d’un détraqué précurseur de Landru, le fameux Gilles de Rais, dit Barbe-Bleue (lire ou relire le fabuleux Gilles et Jeanne de l’espiègle Michel Tournier), rien n’y fait : elle n’est que pureté. D’ailleurs Dieu en personne se serait adressé à elle, via Sainte Catherine, Sainte Marguerite et l’Archange Saint-Michel. Jeanne, la bergère : pas de doute, elle est issue du peuple. Jeanne, la Lorraine : elle pousse l’élégance jusqu’à voir le jour aux confins des frontières de la « nation ». Jeanne, la martyre : trahie, bafouée, suppliciée mais elle a raison contre ses bourreaux, mélange de vils collabos et d’Anglais perfides. Elle a raison contre tout le monde, au final : les élites, le roi, l’église de son temps, voire l’ensemble de ses contemporains. Car deux passions l’habitent : Dieu et la France.
Bien sûr, je schématise. Mais pas étonnant qu’un personnage, un destin de ce calibre n’ait – notamment depuis le XIXème siècle – nourri les fantasmes de l’idéologie « hexagonaliste ». Tout y est, chacun sur l’échiquier politique français peut y trouver son compte: à ma droite, l’énergie guerrière, le salut de la Patrie, Dieu ; à ma gauche, la transgression des genres, l’intégrité du peuple face aux élites corrompues, la foi d’une femme de peu face aux nantis de l’Eglise.
Chacun peut y trouver son compte, mais toujours est-il que, c’est un fait, les plus intégrales, les plus visibles, les plus tonitruantes récupérations du personnage de Jeanne d’Arc se font remarquer à l’extrême-droite, singulièrement dans sa version national-catholique, de Maurras à Le Pen en passant par Pétain. Et, somme toute, c’est bien normal, Jeanne a tout pour leur plaire. Notamment le fait que la divinité dont elle se réclame n’est pas franchement ce Jésus universaliste pour qui tous les Hommes se vaudraient. Non, ce Dieu-là a ses chouchous, ses préférés, Il prend parti : Il trouve que les Plantagenêt ont tort de revendiquer le trône de France. Il le sait bien, Lui, dans Son infinie sagesse qu’un jour, pour que le monde soit meilleur, il faut qu’il y ait sur Terre Napoléon puis De Gaulle, le Tour de France et le camembert – et que rien de tout cela ne sera possible si les mangeurs de fish & chips l’emportent sur Charles VII. Les voix, Jeanne d’Arc, donc: en cette première moitié de XVème siècle Dieu n’a rien de plus urgent à faire que de sauver la France, pas même un petit tsunami au Japon ou un bon tremblement de terre en Anatolie.
« Dieu et la France », incantation magique pour ceux que l’on verra saluer « la pucelle » ce samedi 7 Janvier, en compagnie de Marine Le Pen.
Nicolas Sarkozy s’attache à récupérer la récupération de Jeanne d’Arc par le Front National, grand bien lui fasse. Il faut le comprendre, Jean Jaurès et Guy Môquet lui ont claqué dans les doigts, à quoi bon s’épuiser à aller pêcher des symboles dans la maison d’en face, franchement, c’est bien la peine. Non, Jeanne d’Arc, c’est du solide, du franchement bleu-blanc-rouge et le mot d’ordre c’est : rien de ce qui est cocardier et volontiers xénophobe ne doit être laissé au Front National. Alors direction Domrémy, et au pas de charge.
Mais franchement, où est le problème ? Je n’ai personnellement que faire de la « mémoire » d’un personnage historique dont le destin a été trituré, malaxé, digéré à des fins de bourrage de crânes, un bourrage de crânes où la bigoterie la plus stupide le dispute au chauvinisme le plus crétin. Alors qu’ils se la gardent, Marine et Nicolas, leur « pucelle d’Orléans ».
« Elle est à tous les Français », nous dit Harlem Désir. Ah bon ? Puisque j’ai encore un passeport français, qu’on se le dise : je laisse mon bout à qui veut bien le prendre. Sers-toi, Nicolas, te gène pas. De toute façon, il est comme toi, mon morceau de Jeanne d’Arc : complètement cramé.
A bientôt

3 réflexions sur “Jeanne d’Arc: qu’ils se la gardent!

  1. Entièrement d'accord Riwal ! Outre que la récupération du personnage de Jeanne d'Arc pour en faire un mythe de la Nation France est gonflant, cette attitude est je crois totalement dépassée. Le discours nationaliste qui pouvait faire sens pour certains dans les 80s est passé de mode. Les gens l'agitent, au choix, comme un étendard ou un épouvantail, genre 'ce qui nous reste', mais la société a vraiment changé.
    Et ce serait bien d'avoir des hommes et femmes politiques qui comprennent cela. J'oserais bien 'Vont-ils nous entendre ?'
    A bientôt.

    J'aime

  2. Oui OK à 100%.
    Quel homme politique osera dire la vérité? pourquoi il ne prend pas Jeanne D'Arc comme référence ?
    Quel cardinal ou Pape oseront ouvrir les archives du Vatican sur Jeanne D'Arc ?
    En ce XXIe siécle, c'est insupportable de véhiculer ce mythe et d'y croire. Que tout humain, qui a un cerveau et une colonne vertébrale, se mette à réfléchir, à raisonner dans un sens critique et constructif, sans auncune idéologie … :
    Quelle est cette histoire ! Qui peut y croire ?
     » Une bergére, au fond de la Lorraine, sans tellement d'instruction (nous sommes au début du XVe siécle), dans ce monde paysan (sans auncun sens péjoratif), entend des voix, voit un archange (d'accord les petits croient au Pére Noël) ?
    Va à Chinon, reconnait le future roi Charles VII, alors qu'il était perdu dans la foule de ses courtisans ?
    Parle avec aisance dans ce milieu de la cour de Chinon ?
    Monte trés bien à cheval ? (Il faut être trés expérimenté pour faire Domrémy-Chinon à cheval.)
    Manipule les armes d'une bonne maniére ?
    Serait âpte au commandement d'une armée, alors qu'elle est bergére et sans expériance ni savoir faire ? … « 
    Est-ce que l'on nous prend pour des CONS, en nous faisant gober une telle histoire ?
    La création de ce mythe par le monde politique, de Napoléon qui a commencé à l'idéaliser en créant ce symbôle (comme la mythologie grecque d'Homére)au Président de le République actuel (il n'est pas le seul)d'un Etat laïc, avec la séparation du temporel et du spirituel, est INTOLERABLE.
    Bernard.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s