A propos

« Breizh Atao » (« La Bretagne toujours ») est le nom d’une revue nationaliste bretonne née en 1918 et qui se perpétua… jusqu’en 1944. Parce que cette revue refléta très souvent les vues de nationalistes bretons ayant choisi la collaboration avec l’Allemagne, le terme fut frappé d’infamie et servit à désigner dans un large amalgame, après-guerre, tous ceux qui, quelle que soit leur couleur politique, entendaient défendre la culture bretonne, et singulièrement sa langue, dans un contexte d’hystérie cocardière et de jacobinisme – un jacobinisme réaffirmé par l’alliance temporaire de la carpe gaulliste et du lapin communiste. Notons que la « marque » « Breizh Atao » est, depuis 2010, celle d’un site de l’extrême-droite « identitaire » bretonne, version armoricaine des « FdeSouche » et consorts… Pas ma tasse de thé, évidemment. Il n’empêche que par ma naissance, mon éducation (je fus élevé en Breton, en pleine région parisienne), je suis marqué par cette « revendication bretonne ». Vivant depuis 2002 sur les rives du Léman et entendant a priori y rester, je me suis dit qu’ Helvetia Atao!, ça le ferait bien. Revendiquant au passage une absence totale de « conscience nationale » française.

Européen d’origine bretonne vivant en Suisse, donc, je suis né en 1963 – l’année des « Tontons Flingueurs », du traité d’amitié Franco-Allemande et de l’explosion des Beatles, entre autres. Je travaille dans le domaine des études marketing, au sein d’une grande multinationale américaine.

20106523_1428119853941465_2122945431581851274_n

C’est au détour d’une campagne présidentielle, en Janvier 2007, que l’aventure de ce blog a commencé. Depuis lors j’y dépose, avec plus ou moins de régularité, ce que m’inspire l’actualité, en toute subjectivité, me mêlant de ce qui vous regarde… On y parle de politique, du monde tel qu’il va ou ne va pas, on y bouffe toutes les espèces de bigots – avec ou sans Dieu – et on tente de régler leurs comptes à l’hypocrisie, à la bêtise, à l’intolérance, au racisme et aux nationalismes (ambitieux programme).

Vos commentaires, remarques, critiques, engueulades, y sont plus que les bienvenus, évidemment.

Merci d’être venus, revenez quand vous voulez, et parlez-en à vos amis!

Riwal Ferry