Voiles sur les Têtes et Discussion de Bistrot dans la mienne

« – Quand même, là, Macron, à La Réunion, il a été clair: le voile dans les services publics, ça le regarde, il a dit, tandis que dans l’espace public, ça ne le regarde pas…

– Et alors? C’est juste un rappel de la loi, c’est la moindre des choses pour un Président de la République, garant des institutions, tout ça… Mais il a cru bon d’ajouter que «le voile est utilisé dans certains quartiers comme instrument de revendication et de séparatisme dans la République, qu’on appelle communautarisme. Et ça, c’est un problème pour moi»

– Ben quoi, t’es pas d’accord?

25_Jean-Beraud_Buveurs-absinthe-1909

Jean Béraud, Les Buveurs d’absinthe, 1908

– D’abord, faut arrêter de prendre les gens pour des cons et de créer des situations où les mouches ont intérêt à se présenter de face, faut qu’il assume et qu’il le dise clairement: « Moi ça me gratte que des gens d’origine nord-africaine ou sub-saharienne restent entre eux et se confinent dans des traditions qui ne sont pas d’ici »… Comme ça, le message pour les municipales sera plus clair: « moi le « progressiste » je lutte contre le RN mais bon, hein, tout de même… »

– Oui mais bon, tout le monde a compris et puis ça aurait été trop stigmatisant..

– Je vais te dire un truc: dans la banlieue du 93 où j’ai longtemps vécu et où je retourne souvent, y a une importante population juive orthodoxe, kippas, cheveux des femmes enfoulardés, tout le tralala, chaque vendredi soir ils se retrouvent comme des cons à ne pas utiliser les digicodes parce que c’est shabbat, et autant te dire que les charcutiers du coin ne font pas fortune avec eux… Tu crois que ça le perturbe, ce genre de « communautarisme », le Manu? Non, ça c’est normal, c’est la République indivisible, y a juste un petit fossé entre ceux qui refusent d’appuyer sur un bouton le vendredi soir et les autres, mais bon, pas de quoi s’en relever la nuit.. Alors tant qu’à remettre une pièce, comme il l’a fait, dans la machine du « débat », autant dire les choses clairement: le « communautarisme » c’est quand des musulmans font ostensiblement des trucs de musulmans, point…

– Ouais, bon, admettons qu’il tourne autour du pot…

– … Ensuite qu’est-ce qu’il nous dit? Que le voile est « utilisé dans certains quartiers comme un instrument de revendication et de séparatisme dans la République »… Rien que ça! Ah on peut se foutre de la gueule de Trump et de ses théories du complot… Genre y a des mecs barbus qui se réunissent dans un appart’ de la cité Gagarine de Romainville ou Karl-Marx de Bobigny et qui se disent « la République on va la niquer grave, tu vas voir, on va leur montrer qu’on n’en veut pas de leur société, bon, on fait comment? Ah oui… Eh, Salima, Maryam, Samira et les autres: à partir d’aujourd’hui vous allez me mettre un hijab quand vous sortez dans la rue, OK, et que ça saute sinon on vous pète la tronche ». Non mais, franchement, sérieusement, c’est quand même plus compliqué que ça, non?…

– Là, tu caricatures. Dans le genre de cité dont tu parles, la pression « communautaire » ça existe, c’est pas pour rien qu’il y avait eu le mouvement « Ni Putes Ni Soumises »… On le sait que des tas d’adolescentes portent le hijab juste pour ne pas se faire emmerder par les mecs, pour être « respectées ». Pareil qu’au bled, sauf qu’en théorie elles sont sur le territoire de la République et que ce genre de pression ne devrait juste pas exister…

– Oui, je sais, c’est lamentable, mais de là à parler « d’instrument de revendication »…

– Ben quoi, tu lis les journaux, de temps en temps? T’es quand même au courant qu’il y a un développement de l’islamisme, en clair de l’islam politique et des saloperies terroristes qui vont avec, depuis trente ans, non? Charlie, le Bataclan, Nice, t’as entendu parler? Quelqu’un que je connaissais bien m’a dit un jour que « le national-socialisme ça commence avec le lit fait au carré », ben moi je dis que l’islamisme radical et l’envie de buter des « infidèles » ça commence avec les hijabs puis les niqabs imposés aux femmes!

– Wow, rapide, le point Godwin…

– Ok, je te l’accorde c’est un peu rapide, mais merde, faut pas être naïfs: ces gens-là, leur pratique ostentatoire de la religion c’est une revendication politique. Alors faut rien leur passer, tu crois te faire enfiler un petit doigt que t’es déjà enculé jusqu’au coude! Déjà le burkini,  y a deux ans…

– Oui ben justement, sur le burkini le Conseil d’Etat avait été très clair: pas de trouble à l’ordre public (contrairement au niqab, pour des raisons de sécurité) donc les arrêtés municipaux anti-burkinis étaient illégaux, point-barre. Le droit, ça s’appelle…

– Mettons. N’empêche que c’est comme le coup des piscines pas mixtes certains jours. Si ça continue on va interdire la vente d’alcool pendant le Ramadan… D’ailleurs ça ne m’étonnerait pas que dans les fameux quartiers il y ait des épiciers qui se fassent emmerder avec ce genre de conneries… Non mais on va où, là, tu vas où, toi, avec ta tolérance à la con?

– C’est pas parce que dans certains des fameux quartiers, comme tu dis, qu’il peut y avoir des poussées de bigoterie musulmane extrême qu’il faut généraliser à tous les musulmans de France et d’Europe. Et puis quand bien même: le terrorisme, Daech, c’est pas tous les salafistes, non plus… Tu me fais marrer avec ton histoire de lit au carré, c’est comme de dire que le goulag commence avec les revendications salariales… Mais revenons à nos moutons, le « communautarisme » qui est son problème, à l’autre, là…

– Macron c’est pas ma tasse de thé non plus, n’empêche qu’il a raison, c’est pas sain de laisser se développer des zones où c’est la religion voire le fanatisme religieux qui fait la loi…

– Tu t’es déjà baladé à Versailles ou à Neuilly? Là-bas, quand le dimanche tu ne te montres pas à la messe avec tes huit gosses, tes mocassins à glands et ton loden vert, t’existes pas, socialement… Oui, j’exagère un peu, mais des « communautés » bigotes qui n’en n’ont rien à carrer du « vivre ensemble », notamment quand ça veut dire payer l’ISF, on en a déjà, des « bien de chez nous » et qui ne font pas débat… Passons: faudrait d’abord se demander pourquoi on observe ce repli « communautaire » dans les cités… C’est marrant: tant qu’il n’y avait pas de « question musulmane » (en gros, jusqu’au milieu des années 80), on pouvait trouver normal, voire sympathique, le développement d’une « culture des banlieues », le hip-hop, la tchatche, tout ça, malgré les problèmes de violence et de délinquance. Ça, notamment pour une certaine gauche c’était « laïque », républicain d’une certaine façon, le verlan était l’avatar contemporain des argots manouche ou louchébem… Mais là, du coup, la « culture des banlieues » devient du « communautarisme »…

– Ben oui, justement, c’était pas pareil: on se disait qu’il y avait plein de problèmes à résoudre, notamment sociaux, mais toute cette jeunesse elle était pleine d’énergie, c’était une partie de l’avenir, et puis ils revendiquaient l’égalité, hommes et femmes, pas de différence. Des jours meilleurs, ici et maintenant, pas dans je ne sais quel au-delà. Ils n’étaient pas sous l’influence de prédicateurs, Frères Musulmans et compagnie, qui leur disent « L’Islam est la solution », comme Hassan Al Bannah, le grand-père de l’autre Tartuffe, le queutard pervers, là, Tariq Ramadan, et leur bourrent le mou afin qu’ils se détournent de notre société de « mécréants » pour ne pas aller en Enfer…

– Ouais, mais le truc, c’est pas parce que l’Islam n’est pas la solution que c’est forcément le problème. Et puis ça les a menés où, les gens des « quartiers », ce combat pour l’égalité républicaine?  Vers pas grand-chose, pour la plupart… Toujours « d’origine ceci-cela », même à la troisième génération. Alors les salafistes, quiétistes ou non, n’ont pas eu trop de mal à convaincre certain d’entre eux que comme décidément ils n’étaient pas « d’ici », autant qu’ils s’affichent ouvertement « d’ailleurs ». Et dans cet « ailleurs », en Algérie, au Maroc, partout dans le monde arabo-musulman, l’islam politique a prospéré sur les ruines des nationalismes « tiers-mondistes ». T’ajoutes à ça nos grands amis du Golfe, les Saoudiens et les Qataris, qui financent les propagandistes de leur Islam moyen-âgeux….

– OK et bon on fait quoi, maintenant, on dit c’est la fatalité, on laisse toute une génération d’hommes croire qu’ils sont dans l’extra-territorialité parce qu’ils bossent pour Dieu et toute une génération de femmes se laisser enfermer dans des coutumes d’un autre âge? Au bled, pourquoi pas si ça les amuse mais ici, chez nous, en Europe, après avoir mis cent-cinquante ou deux-cents ans à se débarrasser de l’influence des curés, des pasteurs et des rabbins, faut qu’on se coltine les imams financés par les wahhabites sous prétexte qu’ils « travaillent pour » des minorités défavorisées? Et puis même au bled, y a des femmes qui meurent de refuser l’emprise de ces connards de salafistes… Alors ici on leur dirait « ah non, t’inquiète, c’est normal, c’est parce qu’on a pleinement conscience des oppressions intersectionnelles »? Merde, à la fin…

– Entendons-nous bien, je suis comme toi: j’ai beau me forcer, j’ai du mal avec le hijab. A la base pour moi c’est un truc de mecs qui ne veulent pas qu’on regarde leurs femmes, basta. Ils ont construit toute une histoire autour de la « pudeur » pour faire avaler à leurs compagnes, leurs filles, leurs soeurs que tout ça c’était pour leur bien. Que Dieu a fait les hommes comme ça, que c’est plus fort qu’eux, dès qu’ils voient des cheveux, des bras, hop ils deviennent concupiscents donc voilà, le hijab les préserve de tout ça. N’empêche. Au final, tout ça relève de la croyance, au même titre que les catholiques qui sont persuadés de bouffer le Fils de leur Créateur tous les dimanches. Et la fameuse laïcité, c’est un truc qui concerne l’Etat et ses institutions, pas les citoyens, qui sont libres de croire ou pas. L’Etat est laïc quand il n’entend pas décréter qu’une pratique religieuse relève d’une « revendication communautariste » et pas une autre. L’Etat n’a pas d’avis à avoir sur les pratiques religieuses en général, il n’a à se prononcer que dans ce qui relève de son fonctionnement en tant que tel (interdiction du voile à l’école et pour ses agents lorsqu’ils sont en fonction)…

– Ben t’es d’accord avec Macron, alors?

– Non: si un Président de la République ou un de ses ministres peut avoir légitimement un « problème » avec un signe religieux comme le voile, c’est uniquement s’il peut démontrer que dans un cas précis il y a atteinte à la neutralité du service public, ou un trouble à l’ordre, lui aussi public. Pas parce qu’il y verrait un « instrument de revendication ». A moins que ledit Président ou ministre annonce d’emblée « pouf pouf, là je ne vous parle pas en tant que représentant de la République mais en tant que politicien en pré-campagne pour mon parti aux municipales »…

– M’ouais. Admettons qu’il faille insister sur le fait que la laïcité c’est la neutralité. Mais tu dis quoi aux enseignant.e.s, aux personnels hospitaliers, etc… qui au quotidien se cognent les simagrées, les caprices, voire de la violence inspirée par la croyance musulmane? Genre « non, madame, l’évolution des espèces c’est un mensonge » ou « non, docteur, je veux que mon épouse soit soignée par une femme »? Tu leur dis: « en tant que représentants de l’autorité publique vous vous devez d’être neutres et de respecter les croyances de chacun »?

– Sûrement pas. Je leur dis qu’ils ont raison de s’opposer à l’obscurantisme dès lors qu’il interfère avec une mission de service public, que s’ils n’y arrivent pas ce n’est pas de leur faute mais celle des crétins (comme Macron) qui rognent les moyens de l’Etat au nom d’une religion, le néo-libéralisme, au moins aussi toxique que le salafisme. Et dont ils sont les victimes, comme les enfants endoctrinés ou les épouses sous surveillance le sont d’un Islam fanatique. Mais que la parente d’élève en hijab mérite autant le respect qu’une autre, puisqu’on parle d’enseignement…

– … Le respect d’une « épouse sous surveillance »? Faudrait savoir…

– Je voulais parler de ces femmes dont le mari fait chier les toubibs… Mais pour être parfaitement clair: je me refuse à considérer toutes les porteuses de hijab comme étant a priori soumises à un mari, un père ou un frère, même si ce putain de foulard est intrinsèquement un symbole de soumission. D’ailleurs ces femmes personne ne semble vouloir écouter ce qu’elles pourraient éventuellement dire de ce choix dont il y a quand même des chances – pour autant qu’elles soient adultes – qu’il soit le leur. Au moins, si on ne les écoute pas, qu’on leur foute la paix. C’est ça aussi, une société laïque: ne pas faire chier les autres à cause de leurs croyances…

– … A condition que les croyants ne fassent pas chier les athées ou empêchent la institutions de fonctionner normalement!

– Là, on est d’accord!

– Bon, on s’en boit une autre pour fêter ça? »

A bientôt

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s