Sunday, Bloody Sunday

De 100 à 95.9. C’est, en indice, l’évolution du chiffre d’affaires des grandes surfaces alimentaires entre 2010 et 2013 (source: INSEE, cité dans un rapport de la DGCCRF, Panorama de la Grande Distribution Alimentaire en France, Février 2014). Badaboum: en clair, après des années de croissance sans  interruption (même indice en 2004: 89.9) – malgré un léger tassement consécutif à la crise de 2008 – le business des Carrefour, Leclerc, Intermarché et consorts ne va pas pour le mieux. En cause, toujours selon l’INSEE, une baisse du pouvoir d’achat des ménages (sans blague?), proportionnellement moins de dépenses consacrées à l’alimentaire et le développement de circuits de distribution alternatifs (vente en ligne, voire commerce de proximité…).

A partir de là, on comprend mieux le développement récent du « débat » sur l’ouverture des magasins le dimanche.

Première vague, il y a quelques mois: les grandes surfaces de bricolage. Confronté à  des distorsions entre enseignes engendré par de un ces fatras réglementaires dont la France a le secret, le gouvernement lâche du lest et simplifie le bazar: le 8 Mars de cette année, un décret au Journal Officiel autorise l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche. Deuxième vague, ce week-end: Laurent Fabius, ajoutant désormais le Tourisme aux Affaires Etrangères, fait part de sa position en faveur de la généralisation de l’ouverture dominicale, au motif de développer le tourisme en France. Remarque qui se veut définitive: « ll y a une certitude, c’est que le touriste qui vient le dimanche et qui trouve un magasin fermé ne va pas revenir le jeudi ».
Reprenons.
Pour ce qui est des grandes surfaces de bricolage, on a à bon droit invoqué l’équité (pourquoi certaines enseignes ou régions, et pas d’autres?) pour justifier le décret de Mars dernier. Mais pas seulement. On a entendu également deux arguments soi-disant massues:
  1. Ca va créer des emplois
  2. Ca correspond à une demande des consommateurs
Pour le second, en l’occurrence, on nous a expliqué que, voyez-vous, le bricoleur, et bien c’est surtout le dimanche qu’il bricole. Du coup, c’est le dimanche qu’il a envie d’acheter une nouvelle perceuse ou juste quelques mèches, des clous, ou un truc quelconque qui lui manque justement, là, quand il a envie de bricoler, le bricoleur. Et là, crotte de crotte, la peste soit des législateurs, il est fermé, le magasin.

Laurent Fabius ne nous dit pas autre chose à propos des touristes. C’est un peu plus capillo-tracté, nonobstant sa calvitie, mais c’est la même rengaine: le touriste, contrairement aux apparences, ne vient pas visiter la France pour se détendre, aller à la plage ou en montagne, ou bien visiter des monuments, se cultiver dans un musée. Que nenni: il vient pour ACHETER. Et donc prenez un Chinois qui s’est tapé douze ou quinze heures d’avion pour atterrir un samedi, mettons à Toulouse, et bien le dimanche il n’a qu’une envie: aller faire des courses au « Carrefour » de Portet-sur-Garonne ou dans un « Gap » de centre-ville. Et là, flûte de flûte, pas possible, c’est fermé. Furieux, il reprend le premier avion dès le lundi.

Le premier argument, celui des emplois, devrait être a priori plus recevable: un jour d’ouverture en plus, c’est des besoins en main-d’oeuvre supplémentaires donc hop, des jobs. On a même entendu un chiffrage précis: « au moins 22 000 emplois à temps plein ». Sauf que.

Sauf que toute création nette d’emplois par l’addition généralisée d’un jour d’ouverture par semaine suppose, en toute logique, une progression, nette également, du chiffre d’affaires de l’ensemble des commerces de détail. Accroissement lui-même soutenu par une croissance des dépenses des ménages hors logement, transports, énergie, équipements durables, donc, de fait, une progression du pouvoir d’achat desdits ménages. Or il sera difficile de faire croire à quiconque que les fameuses nouvelles créations d’emploi dans le commerce de détail vont, à elles seules, générer ce surcroît de pouvoir d’achat. Ne serait-ce que si on considère les salaires octroyés dans la distribution.

Derrière cette offensive au nom de la création d’emplois et de la satisfaction d’une demande, l’une et l’autre franchement hypothétiques, il y a une réalité triviale: la grande distribution est confrontée, on l’a vu, à une baisse sensible de son chiffre d’affaires. Or, lorsqu’on s’appelle Carrefour ou Auchan et qu’on entend enregistrer de la croissance (et, comme tout un chacun, engraisser ses actionnaires chaque  année un peu plus), il n’y a que deux solutions: soit augmenter le nombre des points de vente, soit augmenter le chiffre d’affaires par point de vente. La première solution est quasiment exclue, compte tenu de la saturation du territoire en termes de grandes surfaces commerciales. Reste la seconde qui demande, à nombre de jours d’ouverture constant, énormément d’imagination, d’investissements et, souvent, de temps (ré-agencement des magasins, diversification ou équilibrage de l’assortiment et, bien sûr, baisse des prix pour gagner sur les volumes) pour, au final, des gains relativement marginaux. Ouvrir un jour de plus, par contre, là c’est bingo, direct. Bingo, oui, mais pour Auchan, Leclerc, Carrefour, etc… pris individuellement. Car l’évolution du pouvoir d’achat étant ce qu’elle est, l’ouverture le dimanche opérera un déplacement dans le temps et l’espace du chiffre d’affaires de l’ensemble des acteurs, pas son accroissement net.
Autrement dit: chaque enseigne espère, dans son coin, faire mieux que les petits copains sur le nouveau « segment » du dimanche, qui par sa politique de prix et d’assortiment, qui par ses implantations dans des zones de chalandise plus profitables. Et donc accroître sa part d’un gâteau qui, au mieux, gardera la même taille. Au passage, ce jour d’ouverture supplémentaire accroîtra le rendement des actifs des distributeurs (immobilier, terrains), ce qui leur permettra d’afficher de meilleurs ratios de gestion. Et donc de ravir leurs banquiers.
Et le collectif, dans tout ça? Pas grand-chose sinon, bien sûr, un jour supplémentaire par semaine durant lequel circuleront camions et camionnettes de livraison, un jour supplémentaire durant lequel seront amenés à travailler les fournisseurs des distributeurs (sur la base du « volontariat », n’en doutons pas) – le tout, là encore, dans la perspective de conquête de parts de marché, un jeu à somme nulle. Enfin, un jour supplémentaire pour consommer ou travailler, plutôt que s’amuser, réfléchir ou échanger entre humains.

Par ailleurs: lorsque le gouvernement français a baissé sa culotte devant les vociférations des « bonnets rouges » (voir ici-même) on a cru y déceler le terme d’un affrontement entre des « technocrates parisiens » et des petits transporteurs, des artisans et des paysans, bref une « Bretagne qui se lève tôt ». On aurait dû plutôt y voir le triomphe d’un « business model » cher à la grande distribution: exiger des fournisseurs, pour pas un rond, de se faire livrer n’importe quoi, n’importe où, et le plus vite possible. Forcément, seul le transport routier permet ce genre de gymnastique. Et forcément, le fournisseur en question et son transporteur, l' »écotaxe », ils sont contre: ils brûlent des portiques, bien obligés. Mais contester ensemble les exigences exorbitantes de « m’sieu not’ bon maître », Michel-Edouard Leclerc ou un autre, non mais ça va pas, la tête?

Enterrement de l' »écotaxe », ouverture des magasins le dimanche: les épiciers en rêvaient, la droite  aurait à peine osé, la gauche l’a fait. Elle est pas belle, la vie?

A bientôt

A lire également, pour ceux qui ont manqué le début:
Si rien ne bouge – Février 2008

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s