DSK, douleur du "doute raisonnable"

La semaine dernière encore, les aficionados de Dominique Strauss-Kahn laissaient entendre qu’il convenait d’organiser avec soin « l’atterrissage » de leur candidat favori sur la scène politique française : on entendait ménager une sorte de sas de décompression à DSK afin qu’il puisse prendre le temps de se réhabituer aux petites réalités hexagonales. « Atterrissage » prévu fin Juin-début Juillet, donc, pile à temps pour se lancer dans les primaires du PS.
Mayday, mayday : en fait d’ « atterrissage », c’est plutôt à une descente en piqué de l’intéressé qu’on a assisté ce week-end, se concluant par un crash qu’on peut d’ores et déjà qualifier de final, quels que soient les développements à venir de l’affaire. Accusé de tentative de viol sur une femme de chambre du SOFITEL de Manhattan, DSK risque plus de soixante-dix ans de prison et, à l’heure où j’écris, croupit dans une cellule aux confins du Bronx. Game over.
Ce 14 Mai 2011 est au monde politico-économique, bien au-delà des frontières françaises, ce que le 11 Septembre 2001 fut au monde tout court. « Sidération », « stupéfaction », « consternation », voila quelques-uns des mots glanés au fil des commentaires qui ont déferlé ces dernières quarante-huit heures. Certes, la nouvelle est, comme on dit, « énorme ».
Mais ce qui n’est pas moins sidérant que la chute de DSK de cette roche Tarpéienne, c’est le Capitole au sein duquel l’homme avait bien vite été installé. A un point tel que l’organisation de primaires à gauche, voire l’existence d’un premier tour à l’élection présidentielle semblaient quasi-insultantes à l’égard du personnage. Comment donc: un homme béni par le « Financial Times », avalisé par le CAC 40, chouchou des électeurs centristes et au delà, devait encore s’abaisser à faire des risettes au populo? On vantait son expérience, sa compétence. Il planait au-dessus des basses contingences. Il était l’homme providentiel et rien ne devait arrêter sa marche vers le pouvoir, pas même les ambitions légitimes de ses petits camarades. Pensez-donc : il dominait les sondages et ça, c’est sacré. Seuls de mauvais esprits, dont votre serviteur, pouvaient faire remarquer que cette performance dans les sondages était peut-être bien liée à l’absence et au silence que lui imposait son statut de président du F.M.I. Mais non : DSK pour 2012, c’était comme Delors pour 1995, mais en mieux, car on sentait bien qu’il allait y aller pour de vrai.
Oui mais voilà : sans préjuger de ce que donnera l’enquête menée aux Etats-Unis, on note que les langues commencent à se délier ici et là (le lion est à terre, les chacals reprennent courage) et du coup, cette histoire d’agression d’une femme de chambre, aussi incroyable qu’elle soit, paraît éventuellement plausible. « Son problème, c’est les femmes », entend-on dire pudiquement. Plus crûment, on comprend que l’homme le plus intelligent de la scène politique française, deus ex machina d’une régulation mondiale à venir (inch’ Allah), a peut-être bien une bite à la place du cerveau. Ca la fout mal, forcément.
D’où, sans aucun doute, la « sidération » des vrais et faux amis de DSK, dans et hors le Parti Socialiste. Car ce « penchant » relevait apparemment, dans le monde médiatico-politique, du secret de polichinelle. Alors si on comprend la limite que se sont jusqu’alors fixée les journalistes politiques quant à la vie privée des personnages qu’ils observent – c’est tout à leur honneur – on comprend moins l’espèce de fascination béate que suscitait Dominique Strauss-Kahn auprès de toute une population « dans la connivence ». La sordide affaire du SOFITEL « consterne » beaucoup de ce petit monde bien informé, non uniquement parce qu’ils ressentent une profonde douleur à l’idée du terrible sort qui attend DSK (au mieux l’oubli, ou plutôt le refoulement), mais aussi – et je dirais surtout – parce qu’aucun d’entre eux n’est capable de mettre sa main au feu que cette histoire d’agression sexuelle soit rigoureusement impossible. Se dire qu’on a peut-être adulé, pendant des années et en partie en conscience, un pauvre détraqué, supérieurement intelligent mais détraqué tout de même, se dire que derrière l’homme politique parfait aux costards impeccables se cachait peut-être la figure d’un « gros dégueulasse », voilà qui est véritablement « sidérant ».
Larmes, cris, lamentations des anciens laudateurs. Non sur le sort d’un grand de ce monde tombé au fond du trou, encore moins sur celui d’une femme de chambre qui se serait fait agresser, mais sur eux-mêmes, finalement, dès lors qu’ils réalisent que dans cette affaire ils ont un « doute raisonnable ». Et qu’il ne profite pas à l’accusé, et encore moins à eux-mêmes.
A suivre, sans doute…
Ciao, belli

5 réflexions sur “DSK, douleur du "doute raisonnable"

  1. Des détraqués, la politique n'en manque pas; de Berlusconi, dans le même genre, à notre cher Sarko. C'est peut-être un critère de réussite dans le métier?
    Mais, c'est vrai qu'une limite (ligne blanche?) a été franchie avec les soupçons de viol, par rapport aux frasques sexuelles d'un Mitterrand ou d'un Chirac.
    Le ex-futur candidat ne devrait pas s'en relever; mais doit-on le célébrer ou le déplorer? un candidat en tête des sondages, ça pouvait faire du bien au PS, ça faisait longtemps, quand même.

    J'aime

  2. Je me souviens d'une chronique sans langue de bois de Daniel Schneidermann dans Libération lors de la nomination de DSK à la tête du FMI. En substance il disait « compte-tenu de la réputation de séducteur pressant de l'intéressé, cette nomination à un poste en vue aux Etats-Unis constitue une prise de risques ».

    J'aime

  3. La différence entre Berlu et DSK, c'est que le 1er paye des nanas a priori consentantes, alors que l'autre ne demande pas son avis à celles qui lui tapent dans l'oeil. Il a du trop lire Talleyrand – « Les femmes pardonnent parfois à celui qui brusque l'occasion, jamais à celui qui la manque »-. Ce connard se croit tout permis sous prétexte qu'il est puissant et influent. Eh bien crève, salopard de merde !

    J'aime

  4. Je reconnais bien là Riwal ! Nous sortir une citation historique dans une affaire pareille 🙂 Cette affaire va laisser des traces dans les habitudes de ces messieurs politiques et c'est tant mieux. D'autres affaires vont sortir dans les mois à venir et certains doivent serrer les fesses en ce moment.
    Maintenant le PS retombe dans ses travers. C'est dingue l'histoire du « Tout sauf Hollande ». Après le tout sauf Royal en 2007, ils vont nous remettre ça en 2012. Mais comment font-ils pour être aussi bêtes ?
    Salutations clamartoises
    Gilles

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s