Sarkozy, un Ferdinand Lop en moins drôle

Dans l’immédiat avant-guerre et jusqu’aux années soixante, Ferdinand Lop (1891-1974) bénéficia d’une popularité constante auprès d’un certain nombre d’étudiants du Quartier Latin. Candidat perpétuel aux élections présidentielles et législatives, il révéla peu de son programme politique, sinon quelques idées restées fameuses comme « l’interdiction de la pauvreté après 22h00 » ou « la prolongation du boulevard Saint-Michel jusqu’à la mer ». Il donnait un visage et une voix à une fraction non-négligeable de l’opinion publique, tout un peuple aux mille visages, que Gourio côtoya avec assiduité pour rédiger ses « Brèves de comptoir ». Un courant d’opinion qu’on peut résumer par: « Y’a qu’à, faut qu’on ». Le fait est que Ferdinand Lop ne fut jamais élu Président de la République. Nicolas Sarkozy, par contre, si.
Il faut dire que ses « Y’a qu’à, faut qu’on », à lui, vous avaient des accents réalistes. « Ensemble, tout devient possible » ne fut pas un slogan choisi au hasard. S’y mêlaient le retour du volontarisme en politique, le fier coup-de-menton d’une droite « décomplexée » qui manipulait sans vergogne les thèmes de prédilection du Front National, l’attrait que pouvait exercer un homme « neuf » résolu à faire bouger les choses, loin de l' »immobilisme » d’un Chirac ou de la prudence matoise d’un Mitterrand. Et puis il proposait des solutions qui, à défaut de susciter l’unanimité, avaient le mérite d’être simples et faciles à expliquer. Autrement plus claires que celles proposées par Ségolène Royal. Car Nicolas Sarkozy, tel Ferdinand Lop, ne semble détester rien tant que les pesanteurs du réel et donc, la complexité. Cette complexité, il convient de la contourner, de faire comme si elle n’existait pas, c’est l’essence même de la politique telle que l’entend Nicolas Sarkozy.
Aujourd’hui comme hier – et même, tout porte à le croire, plus qu’hier – la question de la délinquance ou de la criminalité issue des « cités » est vivement préoccupante, ce qui compte c’est de convaincre le citoyen et donc l’électeur « qu’on fait quelque chose ». A partir de là, deux options:
  • Soit se coltiner le réel et sa complexité, c’est-à-dire expliquer que les problèmes ne se résoudront pas en un jour et donc sans doute pas avant Mai 2012
  • Soit éviter les questions sociales, économiques, d’éducation, d’organisation de l’action policière et réduire la situation à la présence persistante d’individus à problème, qu’il convient de circonvenir

 

C’est bien évidemment la seconde option que le gouvernement en place a choisi, et avant lui le Président lorsqu’il n’était que Ministre de l’Intérieur, donc en gros depuis 2002. Oui mais voilà: résultats nuls, à tout le moins pour les premiers intéressés, c’est-à-dire les citoyens-lambda qui, faisant fi des statistiques triomphantes, persistent à trouver que les nouvelles du  « front de l’insécurité » ne sont pas bonnes. C’est embêtant, car 2012 c’est bientôt. Et d’ores et déjà on pressent que le Front National est en passe de rafler la mise sur le plan électoral. Alors du coup, joker: on va, comme en 2007, proposer du Le Pen sans Le Pen. D’où la dernière annonce en date: préparer une disposition permettant de déchoir a posteriori certains criminels de leur nationalité française. Bien évidemment, l’idée suscite un tollé et, selon Robert Badinter, est anticonstitutionnelle donc in fine sans doute impraticable mais peu importe, le « débat » est déplacé: il ne s’agit plus de choisir entre la responsabilité individuelle et les circonstances socio-économiques / les défaillances d’un système, le choix est fait, on l’a vu, mais d’identifier a priori les individus suspects, en l’occurrence ceux « d’origine étrangère ».
Et là, il y a un paradoxe: une disposition répressive, quelle qu’elle soit, a toujours pour ambition d’avoir des vertus dissuasives, c’était l’argument-clé des partisans de la peine de mort. Or voici un gouvernement qui s’est embourbé, des mois durant et en vain, dans un « débat » sur l’identité nationale. La moindre des conclusions qu’on puisse tirer de cet exercice laborieux, c’est que le sentiment d’appartenance à cette communauté nationale ne va pas de soi. Comment peut-on dès lors espérer que la perspective d’en être éventuellement exclu puisse avoir un rôle dissuasif majeur, davantage que la prison? Mettant de côté, si possible, toute considération morale, peut-on un instant imaginer que ce type de mesure ait une quelconque efficacité pratique?
De même, vous auriez pu objecter à Ferdinand Lop que « prolonger le boulevard Saint-Michel jusqu’à la mer » n’aurait en rien modifié le climat parisien. Lui-même ou ses partisans – et ils auraient eu raison – vous auraient répondu que vous n’aviez aucun sens de la poésie, car Ferdinand Lop c’était pour rire.
Sarkozy, par contre, c’est pour de vrai. « Y’a qu’à, faut qu’on », le leitmotiv Sarkozyen continue, en dépit de cette foutue réalité, en dépit du bon sens, en dépit, surtout, de tout frein éthique ou moral. « Pas de trêve estivale pour les voyous », a fanfaronné Brice Hortefeux ce week-end. Les cyniques et les crétins ne prendront pas de vacances non plus, visiblement.
See you, guys.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s